Articles

 

Pourquoi le shiatsu est-il une réponse indiquée aux problèmes de dos ? Claire LISIECKI, Praticienne Shiatsu Paris

Il existe différentes formes de shiatsu. Celle qui nous intéresse, la plus répandue en Europe,intègre la dimension énergétique et la théorie des méridiens (ceux de l’acupuncture) issue de la médecine traditionnelle chinoise, dont l’origine reste une énigme mais date d’il y a environ trois mille ans.Technique récente, le shiatsu n’a été reconnu officiellement comme médecine à part entière par le ministère japonais de la Santé qu’en 1955. En ce qui concerne la France, le parlement européen a voté une résolution, le 29 mai 1997, reconnaissant le shiatsu comme l’une des huit méthodes de médecine complémentaire « digne d’intérêt ».

Cet article propose d’éclairer le lecteur sur les mécanismes mis en cause dans le traitement promulgué par le praticien afin d’expliciter en quoi le shiatsu est une réponse indiquée aux problèmes de dos. Il vise également à étendre cet éclairage aux problèmes corporels en général, dès lors que ces derniers se trouvent étroitement liés aux questions psychosomatiques (corps et esprit).

L'homme est le seul mammifère dont le dos est droit, la posture verticale. Les pieds posés au sol, il peut lever la tête et regarder le ciel. Debout ou même assis, il est porté par sa colonne vertébrale, soutien de toute sa structure élancée vers le ciel. Cette colonne est comme le mât d'un bateau fiché entre les hanches- la ceinture pelvienne-, doté d'une grande vergue transversale-la ceinture scapulaire formée par les deux épaules- et maintenue par des haubans -les ligaments et les muscles-. La colonne est le premier reflet de la posture générale, et présente, chez un individu équilibré, des courbures naturelles qui lui permettent sa mobilité. Elle lui sert de repère, de référentiel interne. Elle est ce lieu où s'inscrivent ses libérations, ses accomplissements successifs, mais aussi ses blocages, ses peurs, ses refus.

Le dos dans son ensemble est protection, bouclier (ne dit-on pas « je tourne le dos », « faire le gros dos »..) mais parfois le « j'en ai plein le dos » l'emporte, s'exacerbe et devient source de malaises. Il emmagasine et cristallise alors les diverses tensions qui nous traversent, avec pour résultat des raideurs et des douleurs musculaires.

Du point de vue physiologique, on retrouve certains profils concernés : les travailleurs appelés à porter de lourdes charges, ceux qui passent de longues heures en position assise ou debout, ceux qui doivent se pencher en avant ou effectuer des torsions latérales du torse. L'absence d'exercice, la sédentarité, le stress prolongé, l'excès de travail en tension (les heures passées devant un ordinateur dans une mauvaise position), le port de hauts talons, qui obligent l'os de la hanche à se porter en avant pour équilibrer le corps et, par effet de « dominos », provoquent des tensions dans l'épine dorsale jusque dans les cervicales, sont quelques exemples parmi d'autres susceptibles de provoquer des douleurs dorsales.

Le shiatsu peut être d'une aide certaine : sa capacité à soigner les maux du corps et de l'esprit, sa vision holistique du soin apporté s'adapte à la complexité de nos problèmes de dos. Le « recevoir » équilibre le système neurovégétatif et procure une grande détente.

Le praticien en shiatsu commencera sa séance par un entretien qui lui permettra de faire un premier bilan énergétique, de reconnaître les contre-indications concernant sa pratique (lésions ouvertes, malformations graves,..). L'hygiène de vie sera examinée, et des conseils éventuellement donnés.

Ensuite suivra le travail sur le corps, séries de pressions des doigts et paumes des mains sur le dos, étirements profonds, stimulation des points d'acupuncture. Il s’agira de rétablir la circulation de l’énergie (appelée « ki » au Japon) dans les méridiens.

Pour les douleurs dorsales, le méridien de la Vessie, le plus long de tous, et qui longe la colonne vertébrale sur deux bandes parallèles, jouera un rôle essentiel. Les appuis réguliers et profonds du praticien stimuleront les nerfs rachidiens qui sont reliés à tous les organes internes. Chaque point traité aura une influence directe sur l'alimentation en énergie des autres méridiens. La détente profonde induite par le shiatsu du dos aura un effet très positif sur le système nerveux comme sur l'équilibre mécanique et structurel de la personne souffrante.

Les effets du shiatsu se prolongent au-delà de la séance. Le rééquilibrage énergétique mis en route par la pratique se poursuit pendant quelques jours. Une certaine fatigue, ou au contraire un regain de vitalité sont des réactions possibles. La fatigue doit être perçue de manière positive, comme signant une élimination de toxines, mais ne doit pas se prolonger au-delà de deux jours.

Deux Réponses au « mauvais » stress

Le shiatsu et la réflexologie plantaire sud-africaine, techniques issues pour la première d’une tradition orientale millénaire apparentée à l’acupuncture, s’appuyant sur la médecine traditionnelle chinoise et pour la deuxième de la théorie des Signatures qui existe depuis la nuit des temps, apportent des réponses adaptées pour lutter contre ces maux du monde moderne.

Le shiatsu- littéralement « pression des doigts »- est une méthode de soin visant à permettre au corps de relâcher les tensions corporelles organiques, articulaires et énergétiques. Le principe en est que la santé du corps et de l’esprit dépend de l’équilibre et de la bonne circulation de flux vitaux, appelés énergie.

La douleur et la tension sont considérées comme signant un déséquilibre énergétique pouvant provoquer une maladie. Le praticien en shiatsu traitera des points spécifiques du corps selon la cartographie des méridiens de la médecine chinoise ( celle de l’acupuncture) pour soigner ce déséquilibre.
Son but est d’harmoniser l’énergie afin qu’elle circule librement. Il s’agit d’abord d’entretenir la santé, de rétablir la vitalité mais également d’apporter un soulagement aux maux divers causés par le stress.

La réflexologie plantaire sud-africaine, dite « douce », se pratique sur des zones précises des pieds par un toucher subtil, léger et tout en douceur. Elle procure une détente profonde et permet de libérer les tensions accumulées dans notre quotidien.

Le réflexologue s’appuie sur une lecture des pieds selon des zones réflexes liées aux organes et aux systèmes nerveux et endocriniens. C’est une vision globale du soin, qui se refuse à intervenir sur un point ou une zone correspondant à un symptôme.
Cela n’enlève en rien son efficacité, le but étant d’équilibrer, d’harmoniser les tissus, rétablir la circulation des flux vitaux. Ainsi, la réflexologie stimule les pouvoirs d’auto-guérison du corps en favorisant un état de bien-être et de vitalité.

Chacune de ces deux méthodes apporte des bienfaits immédiats mais aussi sur le plus long terme . Elles permettent de restaurer un état de détente, d’équilibre intérieur et d’homéostasie (état de santé).

Shiatsu et Insomnies. Claire LISIECKI, Praticienne Shiatsu à Paris

L'insomnie traitée par le Shiatsu

L'insomnie est un trouble affectant la qualité ou la durée du sommeil. Difficulté à s'endormir, réveils fréquents, réveils anticipés, ou pas de sommeil du tout. Les besoins de sommeil étant variables selon les individus en terme de nombre d'heures,,on parlera d'insomnie lorsque la qualité de la vitalité durant la journée est affectée. Ses conséquences sont généralement : fatigue, somnolence, irritabilité, pertes de mémoire et difficultés à se concentrer.

Le shiatsu est né au Japon, et a été élaboré selon les données de la médecine traditionnelle chinoise. Or les chinois, il y a plus de 2000 ans, ont posé les fondements de leur philosophie en observant minutieusement les manifestations de la vie sur la terre et dans le ciel. Ainsi, le jour et la nuit se présentent en alternance, la lumière ne se définit qu'en regard de l'ombre, le chaud du froid, le sud du nord...Ils ont donc classé ces phénomènes selon les termes Yin et Yang, principe de dualité de la coexistence et la succession des inspirations et expirations, intérieur et extérieur, bruit et silence.


Chez l'homme, le sommeil, état physiologique normal d'inertie, de détente mentale et de repos, correspond à une phase Yin qui vient succéder à la phase Yang d'éveil, d'action et de mouvement. Ainsi, le soir venu, l'activité mentale Yang devrait ralentir, et la détente mentale Yin augmenter son action et assurer le repos des fonctions du corps. En mouvement perpétuel, ce cycle lui permet de passer de l'état d'éveil à l'état de sommeil.

A notre époque surmenée par le stress du travail, des charges quotidiennes, des perturbations émotionnelles, l'énergie Yang est omniprésente et surconsommée. Cela provoque chez les insomniaques des temps de sommeil de plus en plus courts, voire absents, au profit d'une excitation permanente. Pour continuer à entretenir sa vitalité, ils puisent dans leur énergie Yin et la transforme en Yang mais en « mauvais » Yang. Et s'épuisent..
Ainsi;

- les difficultés à s'endormir ou l'absence de sommeil résultent des énergies Yang qui demeurent trop actives
- les réveils fréquents signifient que le Yin est faible et a donc de la difficulté à maintenir le repos
- les réveils anticipés sont dus à une activité Yang trop importante par rapport à la détente Yin, d'où une manifestation précoce d'activité.


Par ailleurs, à l'image de la circulation des eaux sur Terre en fleuves, rivières etc, la circulation énergétique se fait chez l'être humain selon des axes formant l'ensemble des méridiens. Douze méridiens sont considérés, en rapport avec les organes et les entrailles, selon les modalités yin-yang. Ces méridiens se rechargent en énergie selon un cycle de 24 heures dans un ordre précis ; elle est donc particulièrement active dans un méridien pendant deux heures.

L'heure des réveils nocturnes sera donc une indication précieuse pour le praticien shiatsu qui cherchera à rééquilibrer l'énergie correspondante.
Un entretien avec la personne insomniaque permettra au praticien de commencer son repérage des déséquilibres. La prise des pouls et le travail sur le corps viendra le compléter. Son but sera d’harmoniser les énergies, par les pressions et étirements réalisés sur le corps du patient avec ses pouces et ses paumes de main.

En complément du travail direct sur les méridiens, il pourra si nécessaire stimuler des points d’acupuncture au moyen des moxas, bâton d’armoise source de chaleur.
L’harmonisation énergétique permet un endormissement plus rapide, un sommeil prolongé et reposant, la suppression des éveils fréquents, le sevrage progressif des hypnotiques et l’amélioration consécutive de l’activité diurne.

Réflexologie sud-africaine : le langage des pieds. Claire Lisiecki

Dans de nombreuses civilisations le pied est une partie du corps chargée de signification : pied blessé d’Œdipe, vulnérable talon d’Achille, pieds du Christ que Marie Madeleine oints de parfum et essuie de ses cheveux, cruellement bandés pour les femmes chinoises, objets érotiques, symboles phalliques... Cachés dans des chaussures, souvent comprimés, échauffés, mal aimés, notre époque ne lui rend pas vraiment hommage. Et pourtant..

L’anatomie particulière du pied permet à l’être humain de porter son poids sur ces deux extrémités relativement petites si on les compare au reste du corps. Composé de 26 os, 107 ligaments et plus de sept mille terminaisons nerveuses, c’est un membre valeureux et essentiel. Il nous met en contact avec le sol, est le garant de notre stabilité, nous permet de tenir debout et dans un deuxième temps d’avancer sur notre chemin de vie.

Le massage des pieds fait partie des techniques traditionnelles de soin dans bon nombre de cultures, à des époques très anciennes et plus récentes. C’est en Occident que le terme « réflexologie » est né, faisant référence au rôle essentiel du système nerveux dans le soin, ainsi qu’à l’idée que tous les organes du corps sont « reflétés » sur le pied.

La réflexologie plantaire dite « douce » vient d’Afrique du Sud, où elle fut élaborée par Chris Stormer et améliorée par Elske Miles ma formatrice. Technique totalement indolore, elle se distingue d’autres formes de réflexologies plantaires par la qualité et la finesse du toucher. Légèreté, précision, effleurements, le soin très agréable plonge le receveur dans l’état Alpha, proche du sommeil. Cette détente profonde lui permet de se ressourcer, le toucher dit « métamorphique » libère les émotions et aide à l’auto-guérison de l’organisme.

Le réflexologue formé à cette pratique sera à même de faire une « lecture » des pieds du receveur, c’est-à-dire que leur examen puis leur observation durant le soin, les éventuelles réactions visibles, apporteront des éléments d’aide à la connaissance de soi. Le praticien, si le receveur le souhaite, pourra faire le point avec lui après le soin afin de lever des blocages éventuels, de libérer certaines émotions négatives, lui faire « reprendre pied, repartir d’un bon pied, prendre son pied ? »